Le parler des Jeunes d’hier…


Merci à Madame GROSSIR qui a rédigé ce petit texte en utilisant le patois local. Ce patois a commencé à disparaître vers le début de la guerre.

 

A nuit*, su l’marché, v’là t’y pas que j’rencontre celle des Ormeaux.

« Bonjour » qu’on s’dit. On cause un brin, pis i’m’dit :

« V’nez donc dimanche d’ressiée* avec vout bonhomme . »

« Ma fois j’veux ben, à queulle heure ? »

« Ben v’nez après mérienne*, on collationnera et on cabassera* tertout ensemble. L’dimanche, il est guerre que deux heures, nous v’là partis. L’père devant, il va l’diable à la d’vallée ! Un vrai « chin magre* ! »

Nous v’là arrivés.

« Bonjour le m’tayer*, bonjour la m’tayère. »

« Entrez donc, assisez-vous, on va boire une verrée d’cidre. »

Et pis on s’cause. Tout y passe : « dans le jardin rin n’pousse, les pataches* n’viennent point, la légume n’fait rin. Y’a que l’bourrier qui pousse bin ! Y’en a partout, même dans les veillettes*.

Pis nous v’là sur la fille domestique.

« C’est point la moise fumelle*, elle est point fainéante mais c’est une vraie berdedi derdedo. Dans sa chambre, c’est le souille*. Tout est déviré. N’ramasse rin, faut tout y dire ! Tiens l’aut’jour, après la buée*, les seilles*, la vouillette*, les guignettes*, tout était à la traîne !

Et patati et patata, l’heure passe, va falloir qu’on s’en r’tourne ;

Pendant tout ça, on a mangé un bout, bu l’café et la rincette. On s’dit à la r’voyure.

« La prochaine fois, vous viendrez cheu nous. »

Ben ma foué, à nuit, on a passé une bonne ressiée, on a point eu l’temps d’s’achaler* !

 

Lexique :

A nuit : aujourd’hui

M’tayer : métayer

Magre : maigre

Bourrier : mauvaise herbe

Moise fumelle : mauvaise fille

Ressiée : après-midi

Aller l’diable à la d’vallée : marcher vite

Buée : lessive

S’achaler : s’ennuyer

Berdedi berdedo : sens dessus dessous

Mérienne : sieste

Cabasser : bavarder

Patache : pomme de terre

Veillette : allée

Vouillette : godet à manche pour l’eau

Guignette : bâton pour relever la corde à linge

Souille : désordre